Iznogoud s’en va mais ça reste une satrapie australe

images (1)Teresita Dussart (C)

Au deuxième jour de son retour aux affaires, retour du moins sur papier, la présidente Cristina Fernandez a surpris avec un remaniement de son cabinet. Les bruits couraient qu’elle prendrait acte de l’échec aux dernières élections législatives d’octobre dernier en faisant entrer des figures plus consensuelles. Pour les initiés il était très peu probable qu’elle marque une inflexion de quelque ordre que ce soit, à moins que son absence de quarante-cinq jours ne l’ait substantiellement transformée.

Depuis hier, on sait qu’il n’y aura pas de changement de cap, en revanche le fonctionnaire le plus polémique, le tout puissant vice-secrétaire au commerce, Guillermo Moreno a été contraint de donner sa démission. Histrion notoire, Moreno faisait office d’Iznogoud. C’était l’homme qui recevait un chef d’entreprise en plaçant ostentatoirement un revolver sur son bureau, qui arrivait à une réunion avec des gants de boxes, qui menaçait de faire disparaitre un agent de douane, et acquiesçait si on lui demandait s’il s’agit là d’une menace. C’était l’homme des contacts avec les « barra brava » les plus dangereux, ces hooligan à la sauce argentine. Celui qui avait porté sa fixation contre le groupe de presse Clarin au point de ne pas sortir sans une série de gadget de merchandising « anti Clarin ». La liste des forfaits de Moreno est très longue. C’était lui aussi qui organisait des virées avec des « chefs d’entreprises » amis, parmi lesquels un proxénète avéré, en Angola, Vietnam, Azerbaïdjan. Toutes destinations sensées ouvrir sur de nouveaux marchés, le tout resté lettre morte.

Moreno avait mis en place tout une série de plans autoritaires d’obligation de vente à perte, ou de programme de vente en dehors des circuits de distribution qu’il accusait de renchérir artificiellement les prix, niant l’inflation:  « Pain pour tous » « Lait pour tous », « Milanaise pour tous »  dont aucun n’aura produit les résultats escomptés. L’échec le plus cuisant aura néanmoins été le control de l’inflation et du cours des devises. La seule solution qu’il avait envisagé pour y faire face c’était de sanctionner les instituts indépendants mesurant le renchérissement des prix. L’organe de mesure argentin, l’Indec, est devenu sous son contrôle, un commissariat politique dépourvu de la moindre crédibilité où ne rentrent plus que les « militants ». Quant aux devises, celles-ci ne peuvent plus s’acquérir qu’au travers du marché noir. Aux pratiques de satrape de Moreno, sa violence verbale et gestuelle, il convient d’ajouter le délit d’initié et la corruption. Moreno en partant  à Rome, où il fera office d’attaché aux affaires économiques, évite dans l’immédiat les procès qui s’accumulent sur lui.

Le départ de Moreno peut être considéré comme un signe d’apaisement à l’égard de la classe moyenne. En revanche la nomination d’Axel Kicillof, au poste de ministre de l’économie, corrige cet espoir d’un bémol. Kicillof était l’autre « vice » de l’économie. Il fait partie de l’escadron des « garçons de la présidente », arrivés á la plus haute fonction publique sans expérience. Avant d’entrer au gouvernement il donnait cours d’économie marxiste à l’Université de Buenos Aires (UBA), bien que lui-même admette publiquement que le premier chapitre de Das Kapital l’ayant tellement époustouflé, il avait considéré inutile d’en savoir davantage.  Il a connu le couronnement de la presse internationale lors de l’expropriation manu militari de Repsol-YPF en avril de l’année dernière. Confiscation sans indemnisation à ce jour, ce qui vaut à l’état argentin un nouveau cas, face à la cour internationale d’arbitrage de la Banque Mondiale (CIADI). A ce propos, il avait déclaré, en session de questions au Congrès que « la sécurité juridique est un concept horrible ». Dans toutes ses tribunes et manifestations publiques il se dit favorable à la « planification ». Déclare qu’il faut à ce gouvernement « révolutionnaire des décades pour transformer l’économie. » C’est le plus dogmatique des kirchneristes. L’indice boursier local, le Merval, a chuté de 6,3% à l’annonce de sa nomination.

Le dernier changement porte sur le poste du chef de cabinet. Le jeune Abal Medina, le Robespierre du gouvernement, extrêmement impopulaire, est remplacé par un péroniste mystique, donc plus classique, Jorge Milton Capitanich. Gouverneur d’une des provinces à l’indice de pauvreté le plus haut d’Argentine après la province de Formosa, le nouveau chef de cabinet rassure la base du parti justicialiste (péroniste). Or Cristina a besoin de recréer du lien entre les barons de sa famille politique qui la méprisent pour la plupart et l’accusent d’avoir sapé les fondations du parti. C’est injuste. Personne n’a mieux représenté le péronisme authentique que Cristina depuis la mort du protodictateur. Culte de la personne, verticalité dans l’exercice du pouvoir, mysticisme, nécrophilie, clientélisme, protectionnisme, autarcie, elle applique à la lettre la méthode du « Vieux ».

Toujours est-il que Capitanich, mieux connu sous le diminutif de « Coqui »,  lequel se dit fruit de l’expression divine, fédére autour de sa personne, tout en pouvant se vanter de bénéficier de la toute confiance de la présidente avec qui il maintient une étroite relation. Et celle-ci a besoin d’un aide de camp qui ne lui crée pas de migraine. Très probablement elle ne pourra reprendre la gestion des affaires courantes à temps plein, avant plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Elle aurait été diagnostiquée d’une maladie neurologique rare, la dystonie neuro végétative, laquelle produit potentiellement entre autres symptômes : convulsions, problèmes vasculaires, hypotension, malaises vagaux,  et pertes cognitives.



Categorías:Argentina, Corrupción, Français

Etiquetas:, , , , , ,

Responder

Por favor, inicia sesión con uno de estos métodos para publicar tu comentario:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: